La participation politique : ses règles et ses dispositions

carte Electorale

Résolution 5/16 du Conseil européen de la Fatwa et de la Recherche

 

« La participation politique : ses règles et ses dispositions »

 

Après étude et examen des travaux présentés concernant ce sujet lors de cette session le Conseil conclut ce qui suit :

 

Premièrement : l’objectif de la participation politique est de préserver les droits, les libertés et de défendre les valeurs morales et spirituelles, ainsi que la présence des musulmans dans le pays où ils vivent et leurs droits légitimes.

 

Deuxièmement : pour les musulmans d’Europe, la règle est la légitimité de la participation politique. Cette participation peut prendre le statut juridique qui peut être l’autorisé (Ibaha), permit (Nadb) et obligatoire (woujoub). Conformément au verset coranique : « Entraidez-vous dans l’accomplissement des bonnes œuvres et de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression » (S5 : V 2). Cette participation est également une des exigences de la citoyenneté.

 

Troisièmement : la participation politique, sous entend la participation dans les institutions de la société civile, l’adhésion aux parties, le débat intellectuel et la confrontation des idées et notamment la participation par le vote et l’élection.

 

Quatrièmement : parmi les conditions les plus importantes à respecter dans la participation politique : le respect mutuel, l’honnêteté, l’éthique, la justice, la loyauté, le respect de la diversité et du débat contradictoire, et la concurrence loyale avec les adversaires, tout en refusant la violence.

 

Cinquièmement : dans la participation politique, la candidature et le vote demeurent essentiels, à condition de respecter les règles juridique et éthiques, ainsi que la clarté des objectifs au service de l’intérêt de la société loin de toute fraude, diffamation à l’encontre des autres et des passions personnelles.

 

Sixièmement : il est permis de dépenser de l’argent dans la campagne électorale, des candidats indépendamment de leur confession tant qu’ils soient les meilleurs candidats pour réaliser l’intérêt général et le bien commun.

 

Septièmement : La légalité ou légitimité de la participation politique s’appliquent aux femmes musulmanes comme aux hommes.

 

De ce que nous venons d’exposer, nous concluons ce qui suit :

  • Les musulmans sont invités à participer de manière positive et déterminée dans tout ce qui est a trait à l’intérêt général.
  • Les musulmans sont appelés à s’engager dans les associations et les différentes institutions de la société civile.
  • Ils peuvent aussi adhérer aux différentes formations politiques existantes après étude critique de leurs programmes et idées.
  • Les musulmans doivent participer aux différentes campagnes électorales du parti politique auquel ils appartiennent et dont ils sont convaincus que les programmes ont pour but l’intérêt général du pays.
  • Ils doivent aussi contribuer physiquement et moralement, par leur temps et/ou leur argent à la réussite de leurs partis politiques dont les idées et le programme seront bénéfique au pays et au peuple et cela conformément au verset : « et faites le bien. Peut-être réussirez-vous ! » (S 22 : V 77)
  • Les différentes institutions musulmanes, les imams et les cadres religieux sont invités à expliquer ces principes généraux de la conception musulmane de l’engagement citoyen afin d’encourager les musulmans à participer d’avantage à la vie de la société et du pays.
  • Les musulmans doivent notamment en tant qu’individus ou groupes s’inscrire sur les listes électorales et participer aux différents scrutins, (élections municipales, parlementaires ou présidentielles)

 

Et dieu seul est savant

Commentaires (1)

*

  1. Don Diego

    Assalamu aleykum.

    Merci pour cet article mais il aurait été plus que souhaitable de mettre les arguments religieux que le CEFR a utilisé pour cet avis et aussi les signataires de cette fatwa pour éclairer plus nos frères et soeurs.

Copyright UOIF 2013. Tous droits réservés - Powered by UOIF