Montrez-moi sa tombe !

prières

Montrez-moi sa tombe» dit le prophète (SBL).

(Boukhari)

 

Dans cette époque où certains d’entre nous, peut-être surtout  parmi les musulmans qui se complaisent dans leur anarchie, calcule et furète pour se frayer un passage sous les spots et projecteurs, pour arracher responsabilités et notoriétés, ne se préoccupant que de se travestir de l’habit du petit chef dans le théâtre de la vie

 

Dans cette époque où certains fidèles souhaitent se substituer à l’Imam, ou certains Imams dénigrent et pensent se hisser à la hauteur des savants, ou d’autres s’improvisent, inconsciemment, un beau jour « Qiyada » et Guide de la communauté, d’autres, au contraire : plus sages, plus discrets, plus modestes, circonspect à l’idée de « se charger » de quelques affaires de la « Oumma »  ne veulent que nettoyer la mosquée. Ceux-là, ne cherchent, surement, qu’à fuir, comme l’a conseillé le Prophète(SBL) à Abu Dhar El ghifari, cette « source de honte et de regrets, sauf pour celui qui l’a assumée selon les exigences requises et s’est acquitté de ses obligations envers elle ».(Mouslim)

 

Quelle est, donc, cette personne dont le Prophète (SBL) a désiré, particulièrement, faire la prière sur elle et a reproché aux compagnons, qu’Allah les agrée, de ne pas lui en avoir parlé ? Un martyr de la trempe de Hamza ou un prophète de la patience de Ayyub, un savant de la connaissance de l’Imam Malik ou bien encore un « Moubachirin bil Djannah »  (promis au paradis par le Prophète(SBL)) à l’instar de Zoubeïr ibn Al-Awam ? Non, par Allah, rien de tous ceux-là. Simplement, une femme pauvre, une vieille femme, pas célèbre, ni reconnue, ni recherchée ou adulée, mais une femme simple, qui nettoyait régulièrement avec patience et amour la mosquée du prophète Muhammad (SBL). Une technicienne de surface, autrement dit aujourd’hui.

 

Mais quelle surface ! Celle de la surface la plus aimée d’Allah sur tout ce qui s’élève et se construit dans ce bas-monde, cette espace qu’Allah, le Majestueux, a demandé à notre père Ibrahim et à son fils Ismaïl de purifier. En effet dans le verset 125 de la sourate « La Vache », Allah interpelle les deux prophètes : « Purifiez ma maison pour ceux qui tournent autour, y font retraite pieuse, s’y inclinent et s’y prosternent ». Et selon l’ascète et savant Hassan El Bassri, Allah exige de la part des deux prophètes, ici, de purifier la mosquée de toutes les souillures ou impuretés susceptible de la profaner

 

Alors quand, il y a quelques jours, un homme se présente à l’Imam de la mosquée : un étudiant, étranger, qui prépare sa thèse, dans une situation précaire, sa famille au pays, pour lui demander une unique chose : « Quand est-ce que vous nettoyez la mosquée ici ? » Rien que ça dira-t-on. Il n’a pas cherché autre chose : ni poste, ni secours, ni soutien, ni responsabilité mais simplement nettoyer et purifier, modestement, pour Allah, Sa maison.

 

C’est un message, un message fort et vibrant, chers frères et sœurs, pour tous ceux qui souhaitent aller plus vite que la musique, pour tous les enthousiastes et les pressés, pour tous ceux qui s’usent pour paraître, pour tous ceux qui se fatiguent dans l’agitation : patience, patience. C’est le  Prophète (SBL) qui nous montre la voie, c’est l’Islam qui sonde et souhaite mettre à l’épreuve nos cœurs et nous interroge : « Si vraiment vous recherchez la satisfaction d’Allah et celle de son prophète, pouvez-vous vous contenter, seulement et simplement, modestement et sans prétentions, de vous éduquer en nettoyant la mosquée ? ».

 

Car n’est-ce-pas, uniquement, la satisfaction d’Allah qui est notre but ultime depuis le jour où nous avons vu le jour jusqu’à celui on l’on reviendra vers Lui ?

 

La jeunesse musulmane de France-Bourgogne

2

Commentaires (2)

*

  1. Mohammed

    Merci pour ce leçon, c’est vrais, on passe notre temps à chercher autres choses que de remplir notre mission ultime dans ce bas monde « la satisfaction d’allah ».

Copyright UOIF 2013. Tous droits réservés - Powered by UOIF