Le Jeûne : définition et statut

Jeûne

Définition 
  
C’est le fait de s’abstenir volontairement de manger , de boire, et d’avoir des rapports sexuels de l’aube au coucher du soleil, dans l’intention d’accomplir le jeûne. 
  
Son instauration 
  
Le jeûne du mois de Ramadan fut établi le 2 sha’ban, en l’an 2 de l’Hégire. Il a été instauré en trois étapes :

  • Ceux qui en avaient la capacité avaient le choix de le jeûner ou de ne pas jeûner et devaient le compenser en nourrissant pour chaque jour un pauvre. « … Mais pour ceux qui peuvent le supporter, il y a une compensation nourrir un pauvre … » (Sourate 2 La Vache (Al Baqara), verset 184)
  • Il est devenu obligatoire pour tous à l’exception du malade et du voyageur qui doivent récupérer les jours manqués « Quiconque d’entre vous est présent en ce mois qu’ ’il le jeûne ! Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu’il jeûne un nombre égal d’autres jours » (Sourate 2 La Vache (Al Baqara), verset 185) Néanmoins manger, boire et avoir des rapports sexuels étaient interdits après s’être endormis ou après la Prière du ’icha.
  • Le Jeûne est obligatoire, mais il est désormais permis de manger, boire et avoir des rapports sexuels durant toute la nuit jusqu’à l’aube. « On vous a permis, la nuit d’as-Siyām, d’avoir des rapports avec vos femmes ; elles sont un vêtement pour vous et vous êtes un vêtement pour elles. Allah sait que vous aviez clandestinement des rapports avec vos femmes. Il vous a pardonné et vous a graciés. Cohabitez donc avec elles, maintenant, et cherchez ce qu’Allah a prescrit en votre faveur ; mangez et buvez jusqu’à ce que se distingue, pour vous, le fil blanc de l’aube du fil noir de la nuit. Puis accomplissez le jeûne jusqu’à la nuit. Mais ne cohabitez pas avec elles pendant que vous êtes en retraite rituelle dans les mosquées. Voilà les lois d’Allah : ne vous en approchez donc pas (pour les transgresser). C’est ainsi qu’Allah expose aux hommes Ses enseignements, afin qu’ils deviennent pieux (Sourate 2 La Vache (Al Baqara), verset 187) 

Conditions à réunir pour que le jeûne soit obligatoire 

  • L’islam
  • La responsabilité (puberté et raison)
  • La capacité de jeûner 

Condition de validité du jeûne 

  • L’islam
  • La puberté
  • Ne pas avoir les menstrues ou les lochies
  • Être en dehors des jours interdits de jeûner 
  • Les actes obligatoires du jeûne : 

L’intention :  Le jeûneur doit avoir l’intention de jeûner avant l’aube s’il s’agit du jeûne du mois de Ramadan, des jours de Ramadan manqués, d’un jeûne votif (suite à un vœu formulé) ou d’un jeûne expiatoire. Pour le mois de Ramadan, il suffit d’avoir l’intention de le jeûner entièrement au premier jour. S’il s’agit d’une jeûne surérogatoire, il est permis de formuler l’intention avant l’heure du zénith, pour les hanafites et les shafi’ites, et même après pour d’autres. Aïsha, que Dieu l’agrée dit : « Le Prophète (BDSL) entre me voir un jour et me dit : « Y-a-t-il quelque chose à manger ? ». Je dis : « Non ! ». Il dit alors : « Alors je suis en état de jeûne » (Mouslim) 

Le changement d’intention a-t-il une incidence sur le jeûne ? Lorsqu’une personne a l’intention de rompre le jeûne, mais ne mange pas, ne boit pas et n’a pas de rapports charnels, son jeûne est-il toujours valide ? Pour les shafi’ites et selon un avis au sein de l’école malikite, le changement d’intention invalide le jeûne. Pour les hanbalites, les hanafites et selon l’avis prédominant dans l’école malikite, le jeûne demeure valide, mais il est recommandé de récupérer ce jour s’il s’agit d’un jeûne obligatoire. 

S’abstenir de tout ce qui annule le jeûne de l’aube au coucher du soleil, à savoir :

  • Tout se qui entre par la voie naturelle qui est la bouche et qui aboutit à l’estomac :  De ce fait, tout type de piqures, y compris les intraveineuses, n’invalident nullement le jeûne, car elles n’empruntent pas la voie naturelle (la bouche), et en plus n’atténuent pas la sensation de faim. 
  • Le vomissement provoqué : D’après Abou Hourayra, le Prophète (BDSL) dit : « Celui qui est pris de vomissement n’est pas tenu de récupérer ; par contre, quiconque se fait vomir volontairement est tenu de récupérer » (Ahmed, Abou Daoud) Mais, ce hadith est jugé faible (notamment par Ahmed et al-Boukhari), bien au contraire, Abou Hourayra dit, d’après ce qu’a rapporté al-Boukhari : Celui qui vomit n’invalide pas le jeûne, car il évacue et ne fait rien rentrer ». Ibn ‘Abbas et Ibn Mas’oud estiment que le vomissement, qu’il soit provoqué ou pas, n’est pas une cause de rupture du jeûne. (al-Boukhari et Ibn Battal)
  •  Émission provoquée de sperme 
  • Tout rapport sexuel

 

Quelques règles concernant l’interruption du jeûne : 

  • Il est interdit à la femme qui a ses menstrues ou ses lochies de jeûner. Cependant elle doit récupérer les jours manqués. 
  • Il est permis au malade de ne pas jeûner, ainsi qu’à la femme enceinte ou qui allaite. Il ou elle doit récupérer les jours manqués. 
  • Il est permis au voyageur de ne pas jeûner. Cependant il doit également récupérer les jours manqués. 
  • Il est permis au vieillard et à toute personne atteinte d’une maladie incurable de ne pas jeûner. Cependant ils doivent compenser en nourrissant un pauvre pour chaque jour manqué. ◦Celui qui mange ou boit par oubli, ceci n’a aucune incidence sur son jeûne. ◦Celui qui mange ou boit en pensant que l’heure du coucher du soleil est arrivé et qui ensuite s’aperçoit que ce n’est pas le cas. Ceci n’a aucune incidence sur la validité du jeûne. Zeyd ibn Wahb rapporte : « Tandis que nous étions assis dans la mosquée de Médine, alors que le ciel était couvert de nuages, nous pensions que le soleil s’était couché, et que le soir est tombé, on nous a alors apporté du lait provenant de chez Hafsa, ‘Omar en a bu et nous avons fait de même. Ensuite, le ciel n’a pas tardé de se dégager et le soleil est apparu. Les uns disaient aux autres : nous devons récupérer notre jour-ci. ‘Omar entendit ceci et dit : « Par Dieu, nous ne le récupérons pas, et nous ne serons nullement dans le péché » (al-Bayhaqi). Ceci est l’avis de ‘Ata, ‘Ourwa ibn az-Zoubeïr, al-Hassan al-Basri et Moudjahid. 

D’après Asma Bint Abi Bakr « Au temps du Prophète (SBDL), nous avons rompu le jeûne pendant l’un des jours de Ramadan alors que le ciel était couvert de nuages, puis le soleil est apparu » (al-Boukhari). En commentant ce hadith, Ibn Taymya en tire deux enseignements : 

  • Il n’est pas recommandé de retarder la rupture du jeûne en cas où le ciel est couvert de nuages jusqu’à s’assurer du coucher du soleil.
  • La récupération de ce jour n’est pas exigée, car si le Prophète (SBDL) l’avait ordonné, ceci ce serait répandu.
  • En cas de doute : l’aube est-il arrivé ou pas, continuer de manger ou boire jusqu’à être sûr que c’est l’heure de l’aube. Ibn ‘Abbas dit : « Mange tant que tu doutes, jusqu’à ce que tu cesses de douter »
  • Celui pour qui le jeûne devient insupportable (même en étant en bonne santé et sans voyage) doit le rompre et le récupérer ultérieurement. « Et ne vous tuez pas vous-mêmes » (Sourate 4 Les Femmes (An-Nisâ’), verset 29) « Et ne vous jetez pas par vos propres mains dans la destruction.. » (Sourate 2 La Vache (Al Baqara), verset 195) « C’est Lui qui vous a élus ; et il ne vous a imposé aucune gêne dans la religion … » (Sourate 22 Le Pèlerinage (Al-Hajj), verset 78) 
  • Celui qui interrompt volontairement son jeûne par des rapports sexuels doit jeuner le reste du jour, le récupère et doit s’acquitter de l’acte expiatoire (al-kaffara) : ◦Affranchir un esclave ◦S’il ne trouve pas jeûner 60 jours consécutifs ◦S’il en est incapable, nourrir 60 pauvres Selon les hanafites (et la majorité), l’acte expiatoire (al-kaffara) est également appliqué à la femme, contrairement aux shafi’ites qui ne l’exigent pas (pour la femme).
  • Celui qui mange ou boit volontairement sans motif valable commet un grand péché et doit récupérer ce jour. Il doit s’acquitter de l’acte expiatoire « al-kaffara » (comme dans le cas des rapports sexuels) pour les malikites et hanafites. Les shafi’ites et les hanbalites ne l’exigent pas limitant cet acte expiatoire au cas des rapports sexuels.
  • Celui qui perd sa raison n’a pas à récupérer les jours manqués. Comment récupérer les jours manqués : Récupérer les jours manqués successivement ou séparément avant le prochain Ramadan. Si le Ramadan prochain arrive avant d’avoir récupérer les jours manqués : •Si c’est pour une raison valable, il n’y a aucun mal à cela et doit les récupérer après le Ramadan. •Sans excuse, il doit récupérer les jours manqués après le Ramadan. Il est lui recommandé de compenser en nourrissant un pauvre pour chaque jour manqué. Celui qui meurt avant de récupérer les jours manqués :
  • S’il meurt à cause de la même maladie qui lui a permis d’interrompre le jeûne ou s’il meurt en étant en voyage, la personne n’est pas redevable
  • S’il meurt après rétablissement de cette maladie ou après retour du voyage, il devient redevable. Cette dette peut-être acquittée de deux façons : ◦Un de ses proches se porte volontaire pour récupérer ses jours manqués. Le proche le fait par acte de bonté envers le mort et non pas par obligation ◦Compenser en nourrissant un pauvre pour chaque jour manqué de ce qu’il a laissé comme héritage. 

Les actes sans incidence sur le jeûne 

  • Se baigner
  • mettre du Kohl et des gouttes dans les yeux, les oreilles et le nez (pulvérisations)
  • La ventoline pour les asthmatiques
  • Rincer la bouche et laver le nez
  • Le siwak, y compris le brossage des dents avec du dentifrice.
  • Le fait que l’homme embrasse son épouse (et inversement) s’il est capable de se maîtriser Toute sorte de piqûres ainsi que les prises de sang.
  • Tout ce que le jeûneur ne peut éviter : la salive, la poussière …
  • Il est permis de se parfumer et de sentir le parfum •En cuisinant, goûter le repas sans l’avaler.
  • Se réveiller en état de Janaba (état d’impureté majeure suite à une émission de sperme) Subir des examens médicaux (y compris de génécologie)
  • Se rendre chez le dentiste pour se faire soigner ou arracher des dents
  • Manger, boire ou avoir des relations sexuelles (dans le cadre d’un couple marié) jusqu’à l’aube. 

Quelques bonnes manières à observer pendant le jeûne

  • Prendre le souhour (le petit déjeuner de l’aube) et le retarder au maximum : Selon Anas (das), le Messager de Dieu (bsdl) a dit : « prenez le dernier repas de la nuit car il y a dans ce repas une bénédiction ». (Rapporté par Boukhari et Mouslim) 

bn Omar (das) a dit : « Le Messager de Dieu (bsdl) avait deux muezzins, Bilal et Ibn Ommi Maktoum. » Le Messager de Dieu (bsdl) a dit : « Bilal appelle à la prière pendant la nuit. Mangez et buvez jusqu’à l’appel d’Ibn Ommi Maktoum ». (Rapporté par al-Boukhari et Mouslim) 

  • Hâter la rupture du jeûne : Selon Abou Houraira (das), le Messager de Dieu (bsdl) a dit : « Dieu glorifié et honoré a dit : « Parmi Mes serviteurs c’est celui qui hâte le plus la rupture du jeûne que J’aime le plus ». (Rapporté par At-Tirmidhi)

Selon le compagnon du Prophète Salman ibn ‘Amir (das), le Prophète (bsdl) a dit : « Quand l’un de vous rompt son jeûne qu’il le fasse en mangeant des dattes. S’il n’en trouve pas, qu’il boive de l’eau car c’est un moyen de purification » (rapporté par Abou Daoud et At-Tirmidhi)

  • Faire des invocations à la rupture du jeûne : Le Prophète (bsdl) le faisait en disant :« Seigneur ! C’est pour Toi que j’ai jeûné, j’ai rompu mon jeûne en goûtant de Ton bien » (rapporté par Abou Daoud)

« Allahoumma laka soumtou wa ‘ala rizqika aftartou »

اللَّهُمَّ لَكَ صُمْتُ وَعَلَى رِزْقِكَ أَفْطَرْت

« A la rupture du jeûne, il appartient certainement au croyant une imploration (dou’a) exaucée » rapporté par al-Bayhaqy)

  • Délaisser tout comportement qui est en contradiction avec l’esprit du jeûne : Selon Abou Houraira (das), le Prophète a dit : « Quand l’un de vous est dans son jour de jeûne, qu’il s’abstienne de dire des grossièretés et d’élever la voix. Si quelqu’un l’injurie ou le provoque au combat, qu’il dise : « Je suis en état de jeûne ». (Rapporté par Boukhari et Mouslim)

Selon lui encore, le Prophète a dit : « Celui qui ne s’abstient pas de mentir et d’agir en pur mensonge, Dieu n’a que faire de son renoncement à son manger et à son boire ». (Rapporté par Boukhari)

  • Multiplier les bonnes actions : Lecture du Coran, actes de charités, invocations… : Ibn ‘Abbas (das) rapporte que le Messager de Dieu (bsdl) était l’homme le plus généreux. C’était au mois de Ramadan, quand il rencontrait Gabriel, qu’il était le plus généreux. Or Gabriel le rencontrait à chaque nuit de ramadan où ils étudiaient ensemble le Coran. Quand Gabriel rencontrait le Messager de Dieu (bsdl), ce dernier était certainement plus généreux à dispenser le bien que le vent qui souffle sans arrêt. (Rapporté par al-Boukhari et Mouslim)

« C’est le mois de la compassion » (rapporté par Ibn Khouzayma)

« Est venu à vous le ramadan, le mois de la bénédiction. Pendant ce mois, Dieu vous enveloppe par sa miséricorde, absout les péchés et exauce les implorations (dou’a) » (rapporté par at-Tabarani)

  • Multipler les efforts dans l’adoration : Prières surérogatoires, Tarawih, et profiter des dix dernières nuits : « Quiconque y accomplit une action parmi les actions du bien, c’est comme s’il avait accomplit un acte obligatoire en dehors de ce mois. Et quiconque y accomplit un acte obligatoire, c’est comme s’il avait accomplit 70 actes obligatoires en dehors de ce mois » (rapporté par Ibn Khouzayma)

Selon ‘Aicha (das), le Messager de Dieu (bsdl), quand entraient les dix dernières nuits de Ramadan, les veillait en prières, réveillait sa famille et redoublait de ferveur. (Rapporté par al- Boukhari et Mouslim)

D’après Abou Houraira, le Messager de Dieu (BDSL) a dit : « Celui qui jeûne le Ramadan par conviction de foi, en espérant la récompense divine, ses pêchés passés lui sont pardonnés. Et celui qui prie la nuit pendant le ramadan par conviction de foi, en espérant la récompense divine, ses pêchés passés lui sont pardonnés. Et celui qui prie la nuit du destin par conviction de foi, en espérant la récompense divine, ses pêchés passés lui sont pardonnés. » (Boukhari et Mouslim)

Selon ‘Omar (das), le Messager de Dieu (bsdl) observait une retraite spirituelle durant les dix derniers jours de Ramadan. (Rapporté par al-Boukhari et Mouslim)

Moncef Zenati

Commentaires (0)

*

Copyright UOIF 2013. Tous droits réservés - Powered by UOIF