La participation des musulmans à la vie politique

election vote

L’alliance ou l’intimité relationnelle 

 

Ce sujet est toujours évoqué lorsque la question des relations entre musulmans et non musulmans est soulevée. Il traite des limites de ces relations que l’on peut considérer sous deux axes :

 

– L’allégeance ou l’intimité relationnelle en matière religieuse et concernant les éléments de la foi. La relation ici dans sa version proche et intime, affective et effective ne peut être prêtée qu’à Dieu, son Messager et aux serviteurs croyants comme le stipule le Saint Coran dans le verset 55 du chapitre 5 (Al Ma’ida -La Table Servie).

 

-L’allégeance ou la relation forte et intime dans les affaires de la vie courante : c’est ce qui concerne les relations entre les membres d’une même société, ou entre des sociétés différentes de par leurs croyances. Ce type d’allégeance comprend les échanges, les mariages et les relations familiales, les pactes et les réconciliations. Les avis sur ces relations sont liés aux cas qui se présentent et à leurs circonstances. Les livres de jurisprudence abondent concernant ce sujet. Pour en préciser les contours nous allons nous arrêter sur quelques pratiques du Prophète Muhammad (saw).

 

Quelques contributions du Prophète (saw) dans les sociétés Mecquoise et Médinoise

 

La vie du Prophète (saw) à la Mecque, que ce soit avant ou après la révélation, fût remplie de participations engagées dans la vie sociale. Citons-en quelques unes.

 

La guerre contre la profanation : Elle fut déclarée pendant les mois sacrés par quelques tribus arabes contre la cité de la Mecque. Lesmecquois s’étaient défendus animés par la sacralité, hérité de la religionabrahamique, des lieux profanés. Cette guerre a duré quatre ans et le Prophète (saw) y a participé personnellement à côté de ses oncles. Il disait à ce propos : « Je protégeais mes oncles contre les flèches des ennemis ». Cette participation émanait d’un sentiment de devoir de lutte contre l’agression et l’injustice.

 

Hilf al fudul ou l’alliance pour défendre le faible : Il s’agit d’un pacte, contracté chez Abdallah ibn Jadaan, entre les principales tribus de laMecque.

 

Une des clauses les plus importantes de ce pacte est l’engagement par les Mecquois de défendre toute personne, qu’elle soit native de laMecque ou non, puisqu’il s’y était déclaré spontanément prêt même après l’avènement de l’islam.

 

Autre action forte de participation du Prophète (saw) :

L’action participative du Prophète (saw) ne s’est pas limitée à la périodemecquoise et à l’égard de sa société proche mais s’est également manifestée à Médine et dans des domaines variés. Il est en effet remarquable de voir, qu’alors que les Mecquois lui interdisaient la visite de la ville sainte et tout acte de pèlerinage dans ses voisinages, dés qu’il a appris qu’une disette les avait frappé, il a dépêché Hatib IbnThalaalaba à destination de la Mecque avec une somme de 500 dinarspour secourir les nécessiteux et les affamés.

 

La constitution ou le pacte de Médine 

 

En arrivant à Médine le Prophète (saw) a conclu un pacte précisant les rapports à observer entre les musulmans, les juifs et les polythéistes. Dans ce document référence, le Prophète (saw) met en avant la co-citoyenneté égalitaire entre les trios composants médinoises sans privilège dû à la religion, à l’ethnie ou à la couleur.

 

La seule condition à cette allégeance citoyenne était l’engagement pour le bien-être et l’ordre général. On y lit par exemple que les signataires s’engagent à :

 

– Lutter en commun contre toute personne qui transgresse cet accord et nuit à la quiétude générale, soutenir et secourir tout opprimé quelle que soit son obédience , faire front uni pour la défense de la patrie contre tout envahisseur. C’est sur cette base de partage et d’engagement patriote et citoyen que les médinois ont pu s’entraider au sein d’une société fraternelle et solidaire.

 

– Dans le pacte-constitution, les relations religieuses n’étaient pas oubliées. Des clauses stipulaient le droit à l’exercice du culte de chacun et le cadre de respect mutuel qui s’imposait à tous. On peut citer par exemple :

 

Les juifs des Banou ‘Aawf formaient une communauté avec les croyants.

 

Les juifs ont leur religion et les musulmans ont la leur.

 

Les autres tribus juives avaient les mêmes droits que les Banou ‘Aawf.

 

L’état islamique fondé par le Prophète (saw) fut certainement le premier dans l’histoire à avoir institué ce principe de pluralité confessionnelle au sein d’une même société.

 

C’est parce qu’ils puisaient de cette approche que, durant leur histoire, jamais les musulmans n’ont institué la persécution ou le refus des non musulmans dans les sociétés à majorité musulmane.

 

Conclusion et avis

 

Des trois chapitres précédents qui introduisent cet avis, on peut aisément conclure que les relations intimes et profondes en matière des affaires de la vie courante sont théologiquement instituées et ne souffrent d’aucune limitation si ce n’est le respect des valeurs et des principes de comportement musulmans.

 

L’analyse de la constitution médinoise et les relations que le ProphèteMuhammad (saw) entretenait avec les non musulmans, prouvent que sil’allégeance en matière de religion se limitait aux musulmans, elle n’a pas empêché l’entraide et le partage dans les différents secteurs de la vie non religieuse et le respect en matière de religion.

 

L’islam, tel que le texte coranique et la sunna prophétique l’annoncent, n’est que miséricorde, justice et recherche du bien. Une de ses grandes finalités est la réalisation du bien et la recherche du bien-être pour tous et la lutte contre le mal et le mal-être au profit de tous, que ce soit à l’échelle individuelle ou collective.

 

Les élections dans les régimes modernes, constituent un moyen par l’intermédiaire duquel le peuple s’exprime au sujet des candidats et des programmes qu’ils présentent afin d’en choisir le meilleur pour la société. Participer aux élections constitue ainsi une forme d’entraide pour rechercher le meilleur bien-être pour tous et repousser le moins bien ou le mal conformément à la parole divine « Entraidez- vous dans l’accomplissement du bien et de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression »(chap.5-V:2). La participation aux élections est ainsi non seulement autorisée mais elle est très recommandée car elle constitue une forme d’alliance et de soutien au profit du bien de la société en général et des musulmans en particulier. Cette participation peut parfois devenir obligatoire. C’est le cas lorsque les musulmans sentent que leur abstention peut profiter aux extrémistes et à ceux qui veulent instituer une société d’intolérance, d’exclusion ou de racisme.

 

De son coté le Conseil européen de la fatwa dans sa 16e session a émis une résolution rendue publique qui autorise la participation aux élections.

 

Résolution 5/16 du Conseil européen de la Fatwa et de la Recherche

« La participation politique : ses règles et ses dispositions »
Après étude et examen des travaux présentés concernant ce sujet lors de cette session le Conseil conclut ce qui suit :

 

Premièrement : l’objectif de la participation politique est de préserver les droits, les libertés et de défendre les valeurs morales et spirituelles, ainsi que la présence des musulmans dans le pays où ils vivent et leurs droits légitimes.

 

Deuxièmement : pour les musulmans d’Europe, la règle est la légitimité de la participation politique. Cette participation peut prendre le statut juridique qui peut être l’autorisé (Ibaha), permit (Nadb) et obligatoire (woujoub). Conformément au verset coranique : « Entraidez-vous dans l’accomplissement des bonnes œuvres et de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression » (S5 : V 2). Cette participation est également une des exigences de la citoyenneté.

 

Troisièmement : la participation politique, sous entend la participation dans les institutions de la société civile, l’adhésion aux parties, le débat intellectuel et la confrontation des idées et notamment la participation par le vote et l’élection.

 

Quatrièmement : parmi les conditions les plus importantes à respecter dans la participation politique : le respect mutuel, l’honnêteté, l’éthique, la justice, la loyauté, le respect de la diversité et du débat contradictoire, et la concurrence loyale avec les adversaires, tout en refusant la violence.

 

Cinquièmement : dans la participation politique, la candidature et le vote demeurent essentiels, à condition de respecter les règles juridique et éthiques, ainsi que la clarté des objectifs au service de l’intérêt de la société loin de toute fraude, diffamation à l’encontre des autres et des passions personnelles.

 

Sixièmement : il est permis de dépenser de l’argent dans la campagne électorale, des candidats indépendamment de leur confession tant qu’ils soient les meilleurs candidats pour réaliser l’intérêt général et le bien commun.

 

Septièmement : La légalité ou légitimité de la participation politique s’appliquent aux femmes musulmanes comme aux hommes.

 

De ce que nous venons d’exposer, nous concluons ce qui suit :

– Les musulmans sont invités à participer de manière positive et déterminée dans tout ce qui est a trait à l’intérêt général.

– Les musulmans sont appelés à s’engager dans les associations et les différentes institutions de la société civile.

– Ils peuvent aussi adhérer aux différentes formations politiques existantes après étude critique de leurs programmes et idées.

– Les musulmans doivent participer aux différentes campagnes électorales du parti politique auquel ils appartiennent et dont ils sont convaincus que les programmes ont pour but l’intérêt général du pays.

– Ils doivent aussi contribuer physiquement et moralement, par leur temps et/ou leur argent à la réussite de leurs partis politiques dont les idées et le programme seront bénéfique au pays et au peuple et cela conformément au verset : « et faites le bien. Peut-être réussirez-vous ! » (S 22 : V 77)

– Les différentes institutions musulmanes, les imams et les cadres religieux sont invités à expliquer ces principes généraux de la conception musulmane de l’engagement citoyen afin d’encourager les musulmans à participer d’avantage à la vie de la société et du pays.

– Les musulmans doivent notamment en tant qu’individus ou groupes s’inscrire sur les listes électorales et participer aux différents scrutins, (élections municipales, parlementaires ou présidentielles)

 

Et Dieu seul est savant.

 

Cheikh Ounis Guergah

Professeur de droit musulman comparé et directeur scientifique del’IESH de Paris

Membre du Conseil Européen des Fatwa et recherches

 

Commentaires (0)

*

Copyright UOIF 2013. Tous droits réservés - Powered by UOIF