Le choix du calcul astronomique

Moonlight_2_by_neoflo

A toute fin utile, l’UOIF rappelle l’historique de l’adoption de la méthodologie du calcul astronomique par un grand nombre d’instances religieuses nationales et internationales :

 

– En 2009, Le Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche présidé par son éminence cheikh Youssef Qaradawi, (19ème session ordinaire, Istanbul du 8 au 12 Rajab 1430 / du 30 mai au 4 juin 2009) a adopté la méthodologie du calcul astronomique. Ce même Conseil adopte le calendrier universel conformément à l’avis de la majorité des jurisconsultes, ce qui est également l’avis du Comité Mondial de la Jurisprudence (affiliée à la Ligue Islamique Mondiale). Par ailleurs, Le Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche et le Comité Mondial de la Jurisprudence rejettent l’interprétation qui veut quesi la vision de la nouvelle lune est possible dans n’importe quel endroit du monde, elle doit être adoptée dans le reste du monde.

 

– l’UOIF a organisé à Paris, les 4 et 5 février 2012, en collaboration avec le Conseil Européen de la Fatwa et de la Fédération des Organisations Islamiques en Europe (FOIE) uncolloque scientifique associant jurisconsultes musulmans et astrophysiciens. La décision de Conseil Européen de la Fatwa, appelant à se référer au calcul astronomique pour déterminer le début des mois lunaires a été réaffirmé par les participants (les résolutions ont été publiées sur le site internet de l’UOIF).

 

– En 2012, le Comité Mondial de la Jurisprudence  a réuni d’éminents savants religieux et d’astrophysiciens lors de La Conférence Mondiale pour la détermination des mois lunaires (la Mecque du 9 au 21 rabi’I 1433 / du 11 au 13 février 2012). Cette grande consultation internationale a confirmé la fiabilité du calcul astronomique qui, étant une science établie, doit être un préalable obligatoire à toute constatation visuelle de la nouvelle lune et ce car le moyen sûr qu’est le calcul astronomique prime sur le moyen conjectural de la seule constatation visuelle de l’œil nu.

 

– En 2013, les principales composantes musulmanes en France représentées par le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) ont également organisé un colloque à Paris, le 9 mai 2013 avec la participation de plusieurs spécialistes. La conclusion fut également l’adoption du calcul astronomique.

 

– De façon analogue, les organisations musulmanes de plusieurs pays européens ont adopté le calcul astronomique pour déterminer le début des mois lunaires. C’est le cas notamment de l’Allemagne, des pays scandinaves et des pays de l’Europe de l’Est. C’est également la position de la Turquie.

 

Aussi, il est important de rappeler ce qui suit :

 

– Se baser sur les calculs scientifiques pour définir le début des mois lunaires est une méthode religieusement fondée. Plusieurs savants depuis l’époque de Abdullah Ibn Achekhir un successeur du Prophète (SBDL), en passant par des grands savants comme Ibn Souraij, Ibn Moukhatil, Ibn DakikAlaid, l’Imam Assubkiet en arrivant aux grands savants contemporains comme le muhaddith Ahmed Chakir, Cheikh Mohammed Bakhitalmoutiyi, Cheikh TanataouiJawhari, Cheikh Jamal eddine al kasmi, Cheikh Mustapha Azzarka, Cheikh Qardaoui, Cheikh Mohammed Taha al Baliani et d’autres ; Tous préconisent l’utilisation du calcul pour définir les débuts des mois lunaires.

 

– La vision du croissant indiquée dans les hadiths représente un moyen, non exclusif, pour connaitre le début des mois. Elle était le seul moyen possible à l’époque du Prophète (SBDL). D’ailleurs le Prophète(SBDL) a parlé de la situation de la Oumma au moment de la révélation en disant : « Nous sommes une communauté d’illettrés, nous connaissons ni l’écriture ni le calcul », mais nous savons tous que le Prophète (SBDL) a encouragé les musulmans à apprendre l’écriture et à demander la science.

 

– Les savants sont unanimes sur la règle disant qu’aujourd’hui le calcul scientifique est un argument certain, alors que la vision oculaire est incertaine.(l’argument certain devance l’argument incertain)

 

– La méthode du calcul n’est pas opposée au respect de la visibilité du croissant, car le calcul nous indique précisément quand et où la vision du croissant est possible.

 

– L’adoption du calcul scientifique de la possibilité de la vision est le seul moyen qui peut trancher les divergences autour des débuts des mois lunaires.

 

– Les musulmans d’Europe vivants dans des sociétés non musulmanes, qui ne prennent pas en compte le calendrier musulman, ont besoin d’une méthode leur permettant de connaitre préalablement les débuts des mois lunaires afin de bien organiser leur vie cultuelle et leurs fêtes.

 

– La méthode du calcul scientifique est adoptée par le Conseil européen de la Fatwa et des Recherches qui regroupent plus de trente théologiens. Sa décision est suivie dans plusieurs pays d’Europe tel que l’Allemagne, le Luxembourg, et dans tous les pays de l’Europe de l’Est tels que : La Bosnie, l’Albanie, le Kosovo …

 

– La plupart des organisations musulmanes de France (CCMTF, FAIACA, RMF, GMP, UOIF, Milligurus, etc…) ont adopté dans un colloque scientifique le9 mai 2013la méthode du calcul scientifique et ont annoncés le début du mois de Ramadan pour le mardi 9 juillet et le premier jour de l’Aïd pour le jeudi 8 aout 2013.

Commentaires (1)

*

  1. Bessier

    Prédire que la lune sera visible tel jour à tel heure avec des calculs scientifique de manière certaine, cela équivaut à dire oui demain c’est sûre je serais encore vivant.
    C’est pourquoi je préfère la méthode وصوموا لرؤيته .
    On attendant que tout le monde soit d’accord sur la date du début de ramadan ,sur le jeûne et la rupture du jeûne,etc………………
    Bon ramadan à tous et que Dieu agrée notre jeûne.

Copyright UOIF 2013. Tous droits réservés - Powered by UOIF